Faire du tissu avec du lait de vache ? Si, si, c’est possible! | The Extra Smile

Nous livrons depuis la Belgique. Livraison gratuite en Europe au delà de 150 euros. Votre achat rend votre environnement plus vert et le monde plus juste.

Faire du tissu avec du lait de vache ? Si, si, c’est possible!

Lorsqu’en mars 2018, je me suis consacrée à la recherche de tissus organiques pour notre première collection, je ne m’attendais pas à découvrir autant de matières et fibres naturelles ! Et pourtant, le choix ne manque pas : lin, fibre de bananes, chanvre, alpaga, lyocell (à base d’ eucalyptus), cuir végétale, Lenpur à base de pin blanc, fibre Ingeo à base de sucre de maïs, fibre d’ortie, coton organique, lait de coco, cuir de pommes, fibre de lait…

Notre fournisseur Vijay de la société White Arc, est spécialisé dans le sourcing de matières biologiques en Inde. Je lui ai donc demandé de me faire parvenir un échantillonage de tout ce qu'il avait de disponible !

Et c’est au cours d’une matinée pluvieuse que le paquet est arrivé : Noel avant l’heure ! Dans cette petite boite en carton recyclé, je découvre de la fibre de banane, du lyocell, du cuir végétal, de la fibre de maïs et….. de la fibre de lait.

Inutile de dire lequel était mon préféré ! Douce, fine, aérée.... elle avait tout pour me plaire ! Une question m'a embêté... comment le lait peut-il être transformé en tissu ?

Avant d’assouvir votre curiosité sur cette fibre à base de déchets organiques alimentaires, laissez-moi vous éclairer sur ce que sont les fibres textiles.

Les fibres textiles se répartissent en deux grandes catégories : les fibres naturelles et les fibres chimiques.

Les fibres naturelles sont obtenues par transformations physiques et mécaniques d’une matière naturelle, sans modifier sa composition.

Les fibres naturelles peuvent être :

  • d’origine végétale comme le coton ou le lin (les fibres sont issues des fleurs, des graines, des tiges, des feuilles des plantes, de la sève),
  • d’origine animale, comme la laine ou la soie (les fibres sont issues des poils d’animaux et des sécrétions d’insectes),

ou encore d’origine minérale (amiante, métaux, …). Les fibres textiles chimiques quant à elles se divisent en deux familles : les fibres artificielles et les fibres synthétiques. Les premières proviennent d’une transformation chimique de substances naturelles, généralement de la cellulose, les secondes sont fabriquées à partir de polymères organiques et inorganiques.

Intéressons-nous d’avantage à la première catégorie et zoomons sur les origines animales.

Le bien-être animal, la pollution industrielle, la production éthique, et la quantité de déchets alimentaires qui devrait augmenter parallèlement à l’augmentation prévue de la population mondiale (estimation : 9,6 milliards de personnes d’ici 2050) : autant de sujets qui nous concernent.

L’industrie du textile et de l’habillement s’intéresse donc de plus en plus à de nouveaux procédés de production des matières premières, adoptant une réflexion plus durable et engagée.

De ce fait, la réutilisation de déchets alimentaires afin de créer des tissus et fibres avec un impact environnemental moindre, ou bien couplées à des bactéries pour développer de nouvelles matières innovantes, semble être une initiative prometteuse en plein essor.

L'industrie alimentaire en quelques chiffres

Chaque année dans le monde, ce sont :

  • 1,3 milliard de tonnes de nourriture jetée (FOA)
  • 1,4 million d'hectares de terre gaspillée
  • 3,3 milliards de tonnes de CO2 équivalent de gaz à effet de serre rejetés dans l'atmosphère

La fibre de lait, c’est quoi son histoire ?

La fibre de «caséine de lait» a été utilisée dans de nombreux vêtements et articles ménagers en Amérique et en Europe dans les années 1930 et 1940. C'était un substitut de la laine, indispensable pour les hommes sur les lignes de front. Cependant, elle finit par être oubliée et se voit voler la vedette par des matières synthétiques plus innovantes et moins chers, tels que le nylon.

La fibre de lait était autrefois mélangée à d'autres fibres naturelles et était connue sous les noms d'Aralac, Lanatil et Merinova, pour ceux d'entre vous qui vérifiez vos étiquettes de vêtements vintage !

Malgré son existence de près d’un siècle, la fibre de lait vient à peine d’être reconnue comme une matière écologique. Après s’être renseignée sur les méthodes de production traditionnelles pas toujours écologiques de ce textile, la styliste et micro biologiste allemande Anke Domaske, fondatrice de l’entreprise allemande Qmilk, a mis sur pied un nouveau procédé de fabrication respectueux de l’environnement. De plus, la manufacture de Qmilk fonctionne aux énergies renouvelables et vise une production de résidus qui se rapproche du "zéro déchet".

COMMENT ÇA MARCHE ?

La méthode savamment élaborée par Qmilk consiste à extraire la protéine contenue dans le lait, puis de la mêler à de l’eau afin d’en faire une pâte. Cette consistance est ensuite séparée en filaments qui deviendront les fils du textile. Le lait le plus efficace pour cette méthode est le lait de vache qui vient juste de périmer : il est ainsi plus facile d’en extraire la protéine. En réutilisant le lait avarié, il est donc possible de diminuer le gaspillage alimentaire, un problème environnemental et social majeur.

C'EST ÉCOLO ?

Le nouveau procédé de fabrication des fibres protéiques ne nécessite qu'un maximum de deux litres d'eau pour produire un kilogramme de textile, ce qui constitue un avantage environnemental important. De plus, la production laitière ne nécessite ni pesticides ni engrais chimiques, contrairement au coton qui reste l'un des matériaux les plus utilisés dans l'industrie de la mode.

Comme la fibre de lait absorbe facilement la couleur, très peu de colorant et d'eau sont nécessaires, et comme elle est naturellement blanche, sa production ne nécessite aucun agent de blanchiment abrasif.

BON, EN CLAIR, QUELS SONT SES AVANTAGES ?

Photo: Anke Domaske

Photo : Anke Domaske En plus d’être un choix écologique, les textiles faits avec du lait présentent une qualité supérieure : non seulement sont-ils très résistants et durables, mais ils absorbent bien l’humidité. Ils sont incroyablement confortables à porter et doux au toucher.

La fibre de lait ressemble en beaucoup de points à la soie et à la laine: elle est légère, douce et naturellement thermorégulatrice, ce qui signifie qu’on ne se retrouvera pas tout en sueur lors de journées plus chaudes ! Au grand bonheur des écolos, les textiles faits de lait sont entièrement compostables et biodégradable et, pour faire plaisir aux plus paresseux d’entre nous, ils peuvent être lavés à la machine ! La fibre présente également des propriétés antibactériennes et antifongiques, donc aucune chance que le tissu soit infesté de bactéries ou de champignons.

C'est aussi une fibre inodore, il n'y a aucun danger de boulochage et finalement, elle sèche deux fois plus vite que le coton.


NOTRE CHOIX CONSCIENT

C’est un combat à la fois environnementale et de santé que nous soutenons au travers de ce choix de matières.

Notre manifeste est le reflet de nos ambitions et en le lisant, vous comprendrez pourquoi nous avons pris le temps nécessaire pour trouver des tissus qui respectent notre planète.

Romy, notre robe longue faite entièrement à base de fibre de lait verra le jour début 2020. Elle fera tourner la tête de nos petites demoiselles qui rêvent d’une robe légère, douce, aérienne et intemporelle !

En avant-première, une petite photo de ce qui vous attend !


Regardez la vidéo de Clear Fashion au sujet de la fibre de lait, je vous explique en une minute ses avantages !

Sources

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés